Marcelo Garcia : Les origines d’une légende

Lorsque les grands noms du jiu-jitsu brésilien évoquent Marcelo Garcia, ils commencent tous par parler de sa gentillesse et son comportement irréprochable sur et en dehors du tatami. On en oublierait presque que « Marcelinho » a remporté cinq championnats du monde en ceinture noire, quatre ADCC et poussé jusqu’à la perfection la réalisation de nombreuses techniques telles que la X-guard, la Guillotine ou l’étranglement arrière pour ne citer que celles-ci. Slam-Art revient sur le parcours de celui qui est considéré comme l’un des meilleurs grapplers de l’histoire.

Marcelo Garcia est né au Sud-Est du Brésil, dans l’état de Minas Gerais, dans la petite ville de Formiga. Comme beaucoup d’enfant de sa génération à travers le monde, le jeune Marcelinho est fan des films d’art-martiaux qui envahissent les salles de cinéma dans les années 80. Karaté Kid est de loin celui qu’il préfère. Ainsi dès l’age de 8 ans, il s’inscrit dans un club de Karaté pour apprendre à se battre comme le héro de son film fétiche. Après quatre années de pratique acharné et de participation à de nombreux tournois locaux, le doute s’installe dans son esprit. Il se demande si l’enseignement qu’il suit et les kata qu’il répète sans cesse peuvent véritablement lui être utile en cas d’agression.

Il délaisse totalement le karaté et se met alors à la recherche d’un nouvel art-martial. Un ami lui conseille le Judo. Il n’est pas convaincu. Un art-martial sans frappe est, pour le garçon de 12 ans, forcément inefficace. Par curiosité, il décide tout de même d’accompagner son ami à un cours. Ses a priori volent en éclats. Il est séduit par l’énergie et l’agressivité des judokas. C’est décidé, il se lance dans le judo. Les premiers tournois arrivent et renforcent son attrait pour ce sport. Au fil des compétitions, Marcelo devient de plus en plus proche de son professeur. Ce dernier lui apprend qu’il est également enseignant de jiu-jitsu brésilien, discipline qu’il enseigne dans une ville voisine. Le professeur dit à Marcelo qu’il est le bienvenu, si jamais il est intéressé. La proposition ne tombe pas dans l’oreille d’un sourd.

Marcelinho s’entraîne désormais trois fois par semaine en plus de ses entraînements de judo. Pour accélérer sa progression, il se met en quête de tous les magazines et les livres qui parlent de près ou de loin de jiu-jitsu brésilien. Cela lui permet de découvrir de nouvelles techniques. Mais il sent bien que cette méthode freine ne suffit pas. Parti assister à un stage loin de chez lui, dans l’Etat de Sau Paulo, à Ribeirão Preto au sein d’une académie affiliée à la Gracie Barra, il comprend le fossé qui existe entre son club et ceux des grandes agglomérations brésiliennes. Le jeune garçon prend un coup au moral. Mais il en faut plus pour l’abattre. Son amour pour le jiu-jitsu reste intact. Il continue de s’entraîner et bientôt une opportunité se présente à lui.

En marge d’un tournoi auquel il participe, Marcelinho rencontre Paulo Rezende, dit Paulão. Ce dernier lui propose de suivre son enseignement et lui propose un hébergement au gymnase, en échange de tâches ménagères. Le jeune Marcelo Garcia identifie tout de suite l’opportunité qu’il attendait depuis si longtemps : bénéficier de cours de qualité dans un cadre ultra-compétitif. Une fois l’aval de ses parents obtenu, Marcelo rejoint Paulão. C’est là, le véritable point de départ de Marcelo Gracia vers les sommets.

Il s’entraîne maintenant quatre fois par jour. Sa progression est fulgurante. Plus question pour son professeur de faire concourir l’adolescent de 16 ans chez les junior. Il l’inscrit dorénavant en adulte et en absolut. Le jeune Marcelo prend goût à combattre en absolut. Il ne sait pas encore qu’il pose là les jalons de sa future légende.

Il commence à remporter ses premiers titres nationaux et dispute bientôt ses premiers championnats du monde en ceinture de couleur. Il devient vite un espoir du jiu-jitsu brésilien. Mesurant les attentes qui pèsent désormais sur lui et toujours animé de ce désir de progression, il décide rejoindre Fernando Augusto « Terere » en qualité d’entraîneur adjoint au sein de l’académie Alliance de Sao Paulo.

Malheureusement, l’expérience tourne court. Désormais marié, la situation est difficilement tenable pour Marcelo Gracia. Son logement, qu’il peut à peine se payer, se trouve à des heures de voiture de l’académie. Heureusement pour lui, le siège d’Alliance, par l’intermédiaire de Fabio Gurgel, lui propose un partenariat avec à la clef un contrat lui permettant de vivre décemment de sa passion. Plus serein désormais, il se met à s’entraîner avec plus d’acharnement qu’auparavant. C’est à ce moment là, alors qu’il est ceinture marron, qu’il commence à s’entraîner en No-Gi.

En 2003, il s’inscrit pour les qualification de l’ADCC. mais perd d’un point en finale. Cependant, les dieux sont avec lui : il est appelé à la dernière minute en tant que remplaçant. Alors que le No-Gi est très récent pour lui, Marcelo se retrouve à concourir au sein de la plus prestigieuse compétition de grappling au monde, dans l’une des catégories les plus difficiles… Et le plus fou, c’est qu’il remporte le tournoi haut la main en évinçant sur son son passage Renzo Gracie et Victor Ribeiro !

L’histoire est en marche. Il remportera tous les plus grands titres de jiu-jitsu brésilien et de grappling au monde, et ce, à plusieurs reprises. Toujours en respectant ses adversaires et en offrant aux spectateurs des combats d’anthologie face aux meilleurs de la discipline que ce soit dans sa catégorie de poids ou en absolut.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s