« Jacaré »: La victoire à n’importe quel prix…

Ronaldo « Jacaré » Souza compte à son tableau de chasse Roger Gracie, Fernando Tererê, ou encore Robert Drysdale. Ce sont le genre de victoires qui font passer un jiujiteiro de la case de champion à celle de légende.

Au Brésil, le football est roi. Le jeune Ronaldo Souza n’y échappe pas. Il en est même un grand fan. Adolescent, il goutte au ballon rond comme beaucoup d’enfants brésiliens défavorisés. Mais les dribbles, les passements de jambes et les sombreros, très peu pour lui. Ce Ronaldo là est gardien de but. Il se débrouille bien. La compétition lui réussit. Malheureusement, son environnement social le rattrape le jour de son quinzième anniversaire.

Ce jour là, le destin lui rappelle que la vie est un bien fragile. D’autant plus si on est jeune, brésilien et pauvre. Sous ses yeux, son meilleur ami se fait tirer dessus. Il succombe devant lui. La mère de Ronaldo Souza est secouée par ce terrible drame. Cela aurait pu être son fils. C’est décidé, elle envoie son jeune garçon vivre avec son frère aîné, Renato. C’est un nouveau départ pour le Ronaldo Souza. Il décide désormais d’éviter les mauvaises fréquentations.

Deux ans s’écoulent, l’adolescent s’ennuie. Il se remet au ballon rond. La rue qui sert de terrain de foot fait face à un dojo de judo et de jiu-jitsu brésilien. Le professeur, Henrique Machado, observe souvent de sa fenêtre ce jeune gardien de but qui va au contact des attaquants pour protéger ses filets. Un jour, il lui propose de venir s’entraîner. Au début, le Ronaldo n’est pas très motivé à pratiquer un sport où  » les hommes se font des câlins ». Mais par esprit de compétition, il accepte le défi. Dans le petit logement qu’il partage avec son frère, traîne un kimono de judo. Renato en avait pratiqué quelque temps avant de se blesser à l’épaule. Ronaldo le lui emprunte et se rend au dojo.

Sa première journée est un vrai désastre. A tel point, que le professeur dit aux autres élèves que s’il revient le lendemain, c’est qu’il aime vraiment ça. Le nouveau revient, à la grande surprise d’Henrique Machado. Ce dernier décide alors de suivre ce jeune de 50 kg avec attention. Devant les progrès et la détermination de Ronaldo, Henrique réalise qu’il tient là un futur champion. Il décide alors de sortir le gamin de la précarité en l’accueillant sous son propre toit. En plus de l’enseignement de jiu-jitsu, Henrique Machado s’attarde à enseigner à son élève les bases d’une nutrition saine et à le préparer mentalement pour la compétition.

Dès lors, la progression de Ronaldo est fulgurante. Il enchaîne rapidement les victoires en tournois et devient l’espoir de l’académie. A tel point, que ses partenaires d’entrainement lui donnent le surnom de « Jacaré » (Alligator), le symbole du club.

Après avoir remporté plusieurs championnats d’État dans les ceintures inférieures, Jacaré accède à la reconnaissance du milieu du jiu-jitsu brésilien en 2003 lors du championnat du monde. Il remporte à cette occasion, en ceinture marron, la victoire dans sa catégorie et en absolut en soumettant presque l’ensemble des combattants qu’il rencontre. 

L’année suivante, en 2004, lors des championnats du monde, Jacaré est considéré par les observateurs comme l’un des favoris, alors qu’il n’est ceinture noire que depuis un an. Il se classe deuxième de sa catégorie de poids, mais arrive à se hisser jusqu’à la finale de l’absolut.

En finale de l’absolut, il fait face à Roger Gracie. Celui-ci, considéré par beaucoup aujourd’hui comme le plus grand jiujiteiro de l’histoire, est mené aux points après que Jacaré ait réussi à prendre son dos. Roger se sort de cette position et depuis la garde fermée, prend Jacaré dans une clé de bras. Les spectateurs pensent que le combat est désormais plié. Mais l’alligator refuse de taper. Son bras se brise. Lorsqu’il réussit enfin à se dégager, il reste 2 minutes de combat. Il termine la finale avec un bras cassé qui pend le long de son corps. C’est à ce prix qu’il gagne le mondial en absolut, la plus prestigieuse médaille d’or du jiu-jitsu brésilien. Ce jour là, Ronaldo « Jacaré » Souza est rentré dans la légende.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s