Georges Saint-Pierre : De victime de harcèlement scolaire à artiste martial d’exception

Ceinture noire de jiu-jitsu brésilien, ceinture noire troisième dan de karaté, champion du monde de l’UFC et sans doute le meilleur artiste martial de l’histoire du MMA, tel est aujourd’hui l’héritage que laissera « GSP » aux amoureux de sports de combat. Difficile d’imaginer pourtant que le natif de Saint-Isidor au Quebec a été, dans ses jeunes années victime de harcèlement scolaire.

Le jeune Georges était passionné d’échecs. Il se classera d’ailleurs parmi les 25 meilleurs jeunes canadiens de ce jeu de stratégie dès l’âge de 10 ans. Etonnant vous diront certains. Mais pas si surprenant que ça lorsque l’on connait son intelligence au combat hors norme. D’ailleurs les commentateurs de l’UFC ne cessent, encore aujourd’hui, de rappeler de son « fight IQ« .

Souffrant d’un grand manque de confiance en lui et se faisant malmener par des garçons plus grands que lui à l’école, Georges s’inscrit au karaté kyokushin à 7 ans. Discipliné, il poursuit l’enseignement du karaté jusqu’à la mort de son professeur. Ce drame l’éloigne temporairement du karaté mais pas des tatamis. Effectivement, passionné d’art martiaux, il se met au jiu-jitsu brésilien. La victoire de Royce Gracie, lors de l’UFC 1 remplit l’esprit du jeune garçon de rêves de grandeur. Il rêve de devenir champion UFC.

C’est à 21 ans qu’il débute sa carrière dans le MMA. Une carrière qui l’amènera vers les sommets, avec des combats mythiques face à Michael Bisping, B.J Penn, Matt Serra, Matt Hughes ou encore Nick Diaz.

Champion UFC, il est désormais une véritable star de l’octogone aux Etats-Unis, devenant à l’époque le combattant générant le plus de pay-per-view. La notoriété au Canada tarde à venir, mais avec la légalisation de ce sport et les premiers événements UFC au Québec, il devient l’un des sportifs les plus aimés et respectés de son pays. Cette notoriété dépasse les frontières jusqu’à pousser les studios hollywoodiens à lui proposer des rôles dans des films d’actions.

Ainsi, ses fans ont pu le voir dans le Marvel « Captain America : le soldat de l’hiver« , incarnant « Georges Batroc » ou encore dans le rôle de Kavi dans « Kickboxer : vengeance« . Un clin d’oeil au destin pour l’enfant qu’il était et dont Jean-Claude Van Damme était l’idole.

Bien que Georges Saint-Pierre soit un combattant à la retraite, beaucoup parlent d’un combat contre Khabib Nurmagomedov pour savoir qui est le plus grand de l’histoire, le G.O.A.T. Toujours est-il, que GSP continue de s’entraîner régulièrement et que son hygiène de vie lui permet d’être toujours compétitif alors qu’il frôle les 39 ans.

Aujourd’hui, le québécois profite de son temps libre pour soutenir la cause des enfants victimes de harcèlement scolaire ; Georges Saint-Pierre est définitivement un champion sur et en dehors de l’octogone.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s