Ricardo de la Riva : une icône entachée ?

Un véritable tremblement de terre vient de secouer le monde de jiu-jitsu brésilien. L’icône brésilienne Ricardo de la Riva vient d’être publiquement accusé d’agression sexuelle. Ricardo De La Riva est une légende de notre sport, une ceinture noire de 7e degré qui a révolutionné le jeu de garde allant jusqu’à donner son nom à la célèbre garde « De La Riva » utilisée par tout les pratiquants de jiu-jitsu brésilien à travers le monde.

Celle qui, aujourd’hui, porte ces accusations terribles n’est autre que son ancienne élève, la triple championne du monde de jiu-jitsu brésilien : Claudia Doval.

Lors d’une longue interview accordée à Paola Diana ,de la chaine Youtube « Unleashed : the game changers », Claudia Doval a décidé de revenir sur son parcours, depuis l’époque où elle était victime d’intimidation à l’école jusqu’à devenir l’une des pratiquantes de jiu-jitsu brésilien les plus respectée de sa génération.

C’est au moment d’expliquer pourquoi elle a décidé de quitter son ancien instructeur, Ricardo De la Riva, que Claudia Doval a porté les accusations. La jeune championne décrit l’ambiance sectaire qui régnait au sein de son club et comment l’ensemble des élèves vouaient un véritable culte à Ricardo De La Riva. Elle avoue, qu’elle même le considérait comme un véritable père.

Les faits remontent à 2015, lorsque son instructeur lui annonce : «Je viens chez toi pour que tu me fasses un massage». Lors de l’interview, Claudia Doval poursuit :

« J’ai été très naïve envers lui et vous pouvez dire que j’étais stupide parce que j’avais 25 ou 26 ans à l’époque et que je n’avais jamais pensé que j’étais une femme et qu’il était un homme parce qu’il était comme mon père. C’était la première fois dans ma vie que je me sentais bien… Au fond de moi, j’ai un peu paniqué, mais j’essayais de me convaincre que c’était correct. qu’il n’y avait rien de mal. Je me disais : « il est comme mon père, je veux dire, c’est normal si ton père va chez toi pour avoir un massage ». Mais très vite après j’ai commencé à me dire : « J’espère qu’il ne fait que plaisanter… »

« Il est finalement arrivé chez moi et a demandé un massage. J’avais l’impression que mon coeur allait quitter mon corps. Mais je me suis dit : « Ce sera bientôt fini, j’espère qu’il partira dès que le massage sera terminé. » Puis il m’a dit : « Ok, c’est mon tour maintenant ». À ce moment-là, j’étais déboussolée… Quelque chose s’éteignait en moi, je ne savais pas quoi faire. Il a commencé à me toucher. Je n’ai pas dit non, je ne l’ai pas arrêté… je mourais de l’intérieur. Je le déteste tellement parce que même si je n’ai pas dit non avec ma voix, je suis sûr que mon langage corporel disait non parce que ce n’était pas un choix. J’étais comme une statue.« 

Claudia Doval a finalement quitté son club et Ricardo De La Riva et rejoint les Soul Fighters pour fuir ce passé et mettre de la distance entre elle et celui qu’elle accuse d’être un agresseur sexuel . Elle affirme aujourd’hui parler en espérant être un exemple pour d’autres femmes de ce sport victimes des mêmes pratiques.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s