Hélio Gracie, le père fondateur

Lorsqu’on évoque Hélio Gracie, comme pour tous les hommes qui ont marqué leur époque, il est difficile de démêler l’histoire du mythe, la réalité du storytelling savamment entretenu. Toujours est-il que Hélio Gracie reste ,sans conteste, l’un des fondateurs d’un art martial redoutable, à savoir le Gracie Jiu-Jitsu, plus connu sous le nom de Jiu-Jitsu Brésilien.

La légende veut que Hélio Gracie fût un enfant frêle, voire chétif. Il n’en est rien. Ayant grandi dans un environnement social privilégié -son père, Gastão Gracie, étant un homme d’affaire fortuné- le natif de Belém de Pará au Brésil, montrait dès son enfance un vif intérêt pour le sport et des prédispositions athlétiques certaines malgré sa petite taille. Ainsi dès son enfance, il pratiquait régulièrement l’aviron et la natation.

Le père de Hélio Gracie était associé dans le Cirque Américain de Belém. En 1917, au cours d’une représentation, un japonais portant le nom de Mitsuyo Maeda y fît une démonstration de Judo, que l’on appelait alors Kano Jiu-Jitsu ou tout simplement Jiu-Jitsu. Maeda n’était pas un pratiquant lambda. Il avait été l’élève du fondateur du judo : Jigoro Kano en personne. C’était un spécialiste de partie combat au sol du Judo : le ne-waza.

Au premier rang, un adolescent de 14 ans était subjugué par le spectacle. Il s’agissait de Carlos Gracie, le grand frère d’Hélio. En rentrant chez lui ce soir là, il prit la décision d’apprendre cet art martial qu’il venait de découvrir. Par l’entremise de son père, il rentra vite en contact avec Mitsuyo Maeda, qui accepta de lui enseigner son savoir. Carlos devint rapidement un pratiquant talentueux et transmit plus tard ses connaissances à ses frères, dont Hélio, de 11 ans son cadet. C’est à 16 ans que Hélio se mit à apprendre le Kano Jiu-Jitsu sous l’enseignement bienveillant de ses frères Carlos et George.

La famille Gracie vivait désormais à Rio de Janeiro. Carlos enseignait aux gens de la bonne société l’art martial transmis par Mitsuyo Maeda. Un jour, Mario Brandt, le directeur de la banque du Brésil, vint pour suivre un cours particulier. Le hasard voulu que Carlos fût en retard ce jour là et qu’Hélio dû le remplacer au pied levé. A la fin du cours, le banquier était tellement satisfait de la pédagogie du jeune Hélio qu’il décida que, dorénavant, lui seul lui dispenserait des cours. Dès lors Hélio commença à développer sa propre vision du savoir transmis par Mitsuyo Maeda à sa famille.

En devenant enseignant, Hélio Gracie porta un regard nouveau sur le judo ne-waza. Il se mit alors en tête de faire évoluer ce sport vers une version qui permettrait à des personnes à la stature légère de s’imposer devant des gabarits plus imposants. C’est cette évolution qui devint ce qu’on nomme aujourd’hui le Jiu-Jitsu Brésilien. C’est cette promesse qui fait que, aujourd’hui, des milliers de personnes se passionnent pour ce sport en constante évolution.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s